Pays d’origine : Chine

Profession : Avocat

Causes défendues : défense de nombreux défenseurs des droits de l’Homme, avocat de personne pratiquant le Falun Gong, pratique interdite en Chine, lutte contre la corruption.

 

 

Jiang Tianyong est un avocat des droits de l’Homme de 45 ans basé à Pékin. Il s’est notamment illustré en prenant la défense de nombreux défenseurs des droits poursuivis en raison de leurs activités en faveur des libertés civiles. Il a été l’avocat de personnes adeptes du Falun Gong, religion interdite en Chine, et de citoyens engagés contre la corruption. Il a également été l’avocat de Gao Zhisheng et Chen Guangcheng, deux célèbres défenseurs des droits emprisonnés.

Son engagement lui a valu la révocation de sa licence d’avocat en 2009 par les autorités chinoises, ce qui ne l’a jamais empêché de poursuivre ses activités en qualité de défenseur des droits.

Jiang Tianyong a disparu depuis le 21 novembre 2016 alors qu’il travaillait sur le cas de l’un des avocats encore en détention depuis la vague d’arrestations orchestrée par le pouvoir en été 2015, qui avait conduit à l’arrestation de près de 300 avocats et juristes militants en faveur des droits de l’Homme.

Jiang Tianyong aurait été vu pour la dernière fois dans la ville de Changsha, province du Hunan, alors qu’il rendait visite à la femme et aux avocats d’un autre avocat des droits de l’Homme détenu par les autorités chinoise, Xie Yang. La femme de Jiang Tianyong a indiqué qu’elle s’était entretenue avec lui pour la dernière fois alors qu’il s’apprêtait à prendre un train pour revenir à Pékin.

Un proche de Jiang Tianyong a signalé sa disparition le 23 novembre auprès de la section de Tongbolu du Bureau de la Sécurité Publique. Les autorités ont semble-t-il refusé d’enregistrer la plainte, arguant que la résidence principale de l’avocat disparu était située à Zhengzhou et que rien n’indiquait précisément sa localisation au moment de sa disparition.

Jiang Tianyong avait déjà été arrêté à plusieurs reprises et notamment en mars 2014, alors qu’il enquêtait avec un groupe d’avocats sur un lieu de détention non-officiel à Jiansanjiang, Heilongjiang où auraient été détenus des adeptes Falun Gong. La torture subie au cours de cette détention lui valut des fractures sur huit côtes. Quelques années plus tôt, en mai 2012, il était également arrêté et détenu alors qu’il se rendait à une réunion avec son client Chen Guangcheng à l’hôpital de Chaoyang, dans le district de Haidian à Pékin. Sa détention ne dura que 9 heures, mais pendant lesquelles il fut si sévèrement battu que son tympan gauche fut percé et qu’il perdit temporairement l’ouïe de l’oreille droite.

Mobilisation internationale.

Les avocats chinois et plusieurs proches des avocats des droits de l’Homme victimes de la répression de l’été 2015 ont publié une tribune appelant les autorités chinoise à faire toute la lumière sur la situation de Jiang Tianyong et à le libéré immédiatement s’il devait s’avérer être entre les mains des autorités (Lien and https://www.facebook.com/chrlcg/?fref=nf)

Amnesty International a également publié une Action Urgente à son soutien : https://www.amnesty.org.uk/sites/default/files/ua27216.pdf

Lawyers for lawyers a également rédigé une lettre ouverte à l’attention des autorités chinoises :

http://www.advocatenvooradvocaten.nl/12038/china-disappearance-of-lawyer-jiang-tianyong/

Situation des avocats en Chine.

La profession d’avocat en Chine est devenue particulièrement périlleuse depuis qu’elle est devenue l’un des acteurs majeurs de la promotion des libertés civiles dans le pays. Désignés comme ennemis de la nation par la plupart des organes de l’Etat, les avocats défenseurs des droits de l’Homme, de plus en plus nombreux et de mieux en mieux organisés, ont été victimes d’une vaste vague d’arrestation durant l’été 2015, qui a conduit à la mise en détention de près de 300 avocats et juristes.

Une dizaine d’avocats sont encore détenus, certains maintenus dans des localisations inconnues, sans accès à leurs proches ni à leurs avocats. De très nombreux témoignages font état d’aveux forcés et télévisés, les familles des avocats détenus ont été pratiquement toutes persécutées en représailles et de fortes présomptions de recours à la torture font craindre le pire.

Dans le même temps, les autorités chinoises ont fait adopter de nouvelles lois réglementant la profession d’avocat qui resserrent encore un peu plus le contrôle des autorités sur les activités des avocats et les dissuadent à accepter des affaires « politiques » ou « sensibles » impliquant des droits fondamentaux.

Publicités